La coopération: un jeu d’enfant

23 Avr

 Voici quelques notes de lecture sur ce livre de Jim Howden et France Laurendeau.
Des notes de lecture toute personnelles pour donner l’envie de lire ce livre et d’y retrouver l’enthousiasme communicatif de ses auteurs!

Cet ouvrage est découpé en cinq chapitres.

1 Les composantes de la pédagogie coopérative

2 Les valeurs de la coopération

3 Les structures et les stratégies coopératives

4 Les activités coopératives—————————————————

5 Le portfolio 

1 Les composantes de la pédagogie coopérative 
– La formation des équipes 

l’équipe informelle qui permet de faire travailler ensemble
des enfants sans 
installation préalable et à tous moments.

l’équipe stable ou équipe de base, où les membres travailleront
ensemble
pendant un laps de temps assez long.

l’équipe d’experts à mettre en place lorsque les enfants
ont appris à coopérer.

Elle réunit des  membres devenus experts sur un sujet
particulier qui pourront
ensuite communiquer les informations
à la classe.

– L’interdépendance et la responsabilisation
“J’ai besoin de toi et tu as besoin de moi pour réussir”

– L’enseignement des habiletés coopératives

Les habiletés coopératives sont à enseigner de façon explicite car elles sont nécessaires pour bien réussir à travailler en coopérant.
Exemple: parler à voix basse, demander de l’aide,
écouter attentivement,
partager les idées, participer à son tour.

Pour enseigner ces habiletés, on peut utiliser un tableau en T que l’on complétera avec les élèves.                    

La coopération : un jeu d'enfant

 Puis on modèle l’habileté et on s’y exerce.

– La réflexion critique

Cette réflexion peut prendre la forme d’une discussion
suite à des questions.

Premier niveau: l’introspection
Chacun répond aux questions en fonction de
son propre comportement.

Deuxième niveau: réflexion sur la participation
des membres de l’équipe.

Chacun répond aux questions puis en fait part aux autres

Troisième niveau: réflexion de l’équipe
Les questions s’adressent à l’équipe qui doit parvenir
à un consensus.

– Le rôle de l’enseignant

Il conçoit et planifie les activités qui permettront
aux élèves de développer
les habiletés coopératives.
Il observe les équipes afin de noter les comportements
des membres et intervient 
si besoin.
Pour cela il faut établir une grille d’observation.

La pédagogie coopérative constitue une stratégie d’enseignement
et une stratégie d’apprentissage. Elle permet à l’élève
et à l’enseignant
d’interagir en classe dans un contexte
pédagogique différent.

Pour obtenir le succès il faut franchir les trois pas suivants:

premier pas: prise de conscience de l’importance de la coopération.
Cette prise de conscience permet de créer un climat affectif en classe

deuxième pas: apprentissage de la coopération.
Coopérer, cela s’apprend, à travers des interactions fréquentes.

troisième pas: utilisation de la coopération pour favoriser les apprentissages.

2 Les valeurs de la coopération

– Expliciter les valeurs coopératives

Pour promouvoir les valeurs de la coopération avec efficacité, on peut utiliser la modélisation. 

– J’accomplis lentement la tâche devant mes élèves pour qu’ils
la comprennent bien.

– A voix haute, je me pose les questions qui guident mes actions
en coopération.

– J’explique comment je m’y prends pour trouver les réponses
à mes questions.

– J’exprime clairement ce qui se passe dans ma tête.

– Je souligne les difficultés qui surviennent quand j’accomplis
ce type de tâches.

– J’établis des liens entre mes actions et les compétences sollicitées.

 Pour chaque valeur, une ou plusieurs activités sont décrites.

Les valeurs sont: le plaisir, l’engagement, la prise de risque,
l’entraide,
l’ouverture aux autres, la confiance , l’écoute empathique,
la responsabilisation. Mais aussi l’égalité, le droit à l’erreur,
le plaisir, la solidarité et la synergie (unir nos forces).

3 Les structures et les stratégies coopératives

Les structures coopératives permettent  d’organiser des activités
avec efficacité.

Elles se prêtent à n’importe quel contenu d’apprentissage
mais ne constituent
pas des activités d’apprentissage.
Leur objectif consiste à encourager le travail en coopération.
Il suffit d’ajouter du contenu aux structures et les activités
seront différentes chaque fois.

Voici un exemple de structure coopérative:
“Les cartes de regroupement par catégorie”

Buts: Favoriser les interactions entre élèves
         Regrouper les élèves
Matériel: bandelettes de papier de forme rectangulaire.
       La coopération : un jeu d'enfant   La coopération : un jeu d'enfant
         Modèle vierge         Modèle avec les catégories

Déroulement:   1 Découpez les bandelettes = 24 morceaux
                        2 Dessinez ou inscrivez sur chaque bandelette
autant d’éléments 
qu’il y a de membres prévus dans l’équipe.
Vous créez ainsi des catégories.

                        3 Distribuez les morceaux  de façon aléatoire.
                        4 Invitez les élèves à se poser des questions
entre eux et à circuler 
dans la classe pour retrouver
les camarades qui possèdent un élément appartenant 

à leur catégorie. Les pièces s’emboîtent à la façon d’un puzzle.
                        5 Invitez les élèves à ajouter des éléments
à leur catégorie, 
à créer une histoire avec les images figurant
sur leur bandelette ou…

 4 Les activités coopératives

Dans ce chapitre, les auteurs proposent une grille qui
présente les composantes
de la pédagogie coopérative
à intégrer dans une leçon ainsi que des exemples
très
détaillés d’activités.

5 Le portfolio

Qu’est-ce qu’un portfolio?
C’est un dossier personnalisé qui regroupe les travaux,
les réalisations et les réflexions
de l’élève, ainsi que
les différentes formes d’évaluations auxquelles il se soumet.

On compte autant de type de portfolios que d’enseignants.

Les objectifs du portfolio (entre autres)
– Permettre de faire un lien entre l’évaluation et l’enseignement
– Informer l’élève sur ses apprentissages et ses compétences.
– Promouvoir l’engagement de l’élève envers ses apprentissages
et le responsabiliser.

– Permettre à l’élève de relever des défis et de vérifier
l’atteinte de ses objectifs.

– Eviter que l’élève compare ses résultats avec ceux des autres.

Que doit-on ranger dans un portfolio?
– Travaux, réalisations, défis de l’élève.
– Evaluations des pairs, autoévaluation, commentaires
écrits de l’enseignant.

Selon l’objectif poursuivi, le contenu du portfolio peut varier.

Comment organiser le portfolio?
– Déterminer à quelles fins il sera utilisé.
– Sous quelle forme se présentera-t-il? (boîte, pochette,cahier…)
– Structurer le portfolio
– Prévoir des temps pour le compléter, en discuter avec l’élève.

Mon avis: C’est un livre facile à lire et très pratique.
De nombreuses activités
sont présentées de façon détaillée
et peuvent être réalisées très facilement en classe. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[+] Zaazu Emoticons Zaazu.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.